Austerlitz

18.01.2024 > 31.01.2024
Salle Jean-Pierre Vernant

Gaëlle Bourges

Création 2023

personne à mobilité réduite
personne à déficience visuelle
langue des signes
personne malentendante
théâtre / danse

Informations pratiques

durée 1h45
dès 15 ans

Salle Jean-Pierre Vernant

→ Audiodescription : sam. 27 janv.

Horaires

du 18 au 31 janvier
du mar. au ven. 20h, sam. à 18h
Relâche les dimanches et lundis

Tarifs

de 8 à 24 €


La presse en parle

"Époustouflante traversée que nous propose Gaëlle Bourges ! [...] Les récits se mêlent sans jamais oublier le spectateur, qui contemple une fresque poreuse à sa propre histoire."

La Terrasse

"Avec Austerlitz, la chorégraphe Gaëlle Bourges invite son public dans un songe où se dessine une histoire de la danse, à travers des récits intimes et universels."

Sceneweb 

Autour du spectacle

Tablée d'artistes
Samedi 20 janvier
Après le spectacle, retrouvez l’équipe artistique à la Cantine du théâtre pour partager un repas. — réservation —

Lundi du récit
Lundi 22 janvier
Atelier d’écriture avec Gaëlle Bourges de 18h30 à 21h30

Séance Relax
Jeudi 25 janvier
Grâce à un dispositif d’accueil inclusif, la venue au théâtre de personnes en situation de handicap complexe est facilitée.

Représentation audiodécrite
Samedi 27 janvier
Représentation audiodécrite accessible aux publics malvoyants et non voyants.

La chorégraphe Gaëlle Bourges, prête à toutes les audaces, s’inspire du livre Austerlitz, de l’auteur allemand W. G. Sebald, et de l’errance de son personnage central, à qui la mémoire revient par glissements et rencontres fortuites. En laissant le passé réapparaître, peut-on mesurer la cohérence d’un présent, ou son incohérence ?

Dans cette nouvelle création, Gaëlle Bourges invente un puzzle protéiforme qui relie des fragments de mémoire des sept interprètes et révèle les liens secrets qui les unissent. Sur scène, des projections de diapositives et enchâssements de récits s’enchaînent et dévoilent peu à peu les pérégrinations hasardeuses qui ont mis les un·es sur le chemin des autres, et réciproquement.

En convoquant des moments inspirés de leur premier spectacle et des œuvres ou mouvements qui les ont marqué·es – un film d’Agnès Varda, l’historien de l’art Aby Warburg, le punk allemand, la danse post-moderne américaine, etc. –, le groupe fait ainsi surgir des blocs d’histoire commune et dessine un parcours qui n’est plus seulement personnel, mais politique.




Biographie
Gaëlle Bourges

Le travail de Gaëlle Bourges témoigne d’une inclination prononcée pour les références à l’histoire de l’art, et d’un rapport critique à l’histoire des représentations : elle signe, entre autres, le triptyque Vider Vénus (un rapprochement entre les nus féminins de la peinture occidentale et ceux des théâtres érotiques) ; À mon seul désir, sur la figure de la virginité dans la tapisserie de « La Dame à la licorne » (Festival d’Avignon 2015) ; Lascaux, puis Revoir Lascaux (sa version tous publics) sur la découverte de la grotte éponyme ; Conjurer la peur, d’après la fresque du « bon et du mauvais gouvernement », peinte par Ambrogio Lorenzetti dans le palais public de Sienne ; Le bain, pièce tous publics à partir des tableaux « Diane au bain » et « Suzanne et les vieillards » ; Incidence 1327, sur la rencontre de Pétrarque avec Laure, performance co-signée avec la plasticienne Gwendoline Robin (« Sujet à Vif », Festival d’Avignon 2018) ; Confluence n°... sur les lunes galiléennes, toujours avec Gwendoline Robin ; Ce que tu vois, d’après la tenture de l’Apocalypse d’Angers ; OVTR (ON VA TOUT RENDRE) (Festival d'Automne, Paris, 2021), sur le pillage de l’Acropole par un ambassadeur britannique à Athènes, au début du 19e siècle ; (La bande à) LAURA, pièce tous publics sur la disparition des femmes artistes et modèles dans l'histoire de l'art (Festival d'Automne, Paris, 2021) ; LOULOU (la petite pelisse), d’après un nu à la fourrure du peintre flamand Rubens, dans le cadre de la Fabrique des écritures, initiée par Les Fêtes Galantes / Béatrice Massin.


Distribution et production

conception et récit Gaëlle Bourges
avec Gaëlle Bourges, Agnès Butet, Camille Gerbeau, Stéphane Monteiro, Alice Roland, Pauline Tremblay, Marco Villari
Avec des extraits de Tristesse de la terre, Éric Vuillard (Actes Sud, 2014) ; Austerlitz, W.G. Sebald (Actes Sud, 2002) ; Triste Tigre, Neige Sinno (P.O.L., 2023)
accessoires Gaëlle Bourges, Anne Dessertine
costumes Anne Dessertine
chant tou·tes les performeur·ses + KrYstian
images projetées archives (personnelles et autres)
lumières Maureen Sizun Vom Dorp
musique KrYstian & Stéphane Monteiro a.k.a XtroniK
régie générale Stéphane Monteiro
régie son Michel Assier-Andrieu
administration de production, diffusion Marie Gaudry
administration & coordination générale Marie Collombelle

production association Os
coproduction Scène Nationale du Sud Aquitain ; Théâtre Public de Montreuil - CDN ; Maison de la Culture d’Amiens ; accueil studio La Briqueterie-CDCN ; accueil studio La Place de la Danse-CDCN Toulouse / Occitanie ; Théâtre la Vignette scène conventionnée / Université Paul-Valéry Montpellier 3  ; le Centre Chorégraphique National de Tours, direction Thomas Lebrun (Tours) ; Théâtre Antoine Vitez, Ivry
avec le soutien l’Onde Théâtre-Centre d’Art ; du Théâtre Garonne – Scène européenne (Toulouse) ; de La Ménagerie de Verre (Paris) ; du CND - Centre National de la Danse pour un accueil en résidence de création (Pantin) ; du département du Val-de-Marne ; de la Région Île-de-France

Remerciements à Alan Barré pour la neige ; à Marc Blanchet pour la maison d’Emily Dickinson ; à Gilles Dubois Chabert pour le café ; à Guillaume Pons pour le parallaxe et tout ce qui roule.


personne à mobilité réduite
personne à déficience visuelle
langue des signes
personne malentendante
théâtre / danse

La chorégraphe Gaëlle Bourges, prête à toutes les audaces, s’inspire du livre Austerlitz, de l’auteur allemand W. G. Sebald, et de l’errance de son personnage central, à qui la mémoire revient par glissements et rencontres fortuites. En laissant le passé réapparaître, peut-on mesurer la cohérence d’un présent, ou son incohérence ?

Dans cette nouvelle création, Gaëlle Bourges invente un puzzle protéiforme qui relie des fragments de mémoire des sept interprètes et révèle les liens secrets qui les unissent. Sur scène, des projections de diapositives et enchâssements de récits s’enchaînent et dévoilent peu à peu les pérégrinations hasardeuses qui ont mis les un·es sur le chemin des autres, et réciproquement.

En convoquant des moments inspirés de leur premier spectacle et des œuvres ou mouvements qui les ont marqué·es – un film d’Agnès Varda, l’historien de l’art Aby Warburg, le punk allemand, la danse post-moderne américaine, etc. –, le groupe fait ainsi surgir des blocs d’histoire commune et dessine un parcours qui n’est plus seulement personnel, mais politique.




Informations pratiques

durée 1h45
dès 15 ans

Salle Jean-Pierre Vernant

→ Audiodescription : sam. 27 janv.

Horaires

du 18 au 31 janvier
du mar. au ven. 20h, sam. à 18h
Relâche les dimanches et lundis

Tarifs

de 8 à 24 €


La presse en parle

"Époustouflante traversée que nous propose Gaëlle Bourges ! [...] Les récits se mêlent sans jamais oublier le spectateur, qui contemple une fresque poreuse à sa propre histoire."

La Terrasse

"Avec Austerlitz, la chorégraphe Gaëlle Bourges invite son public dans un songe où se dessine une histoire de la danse, à travers des récits intimes et universels."

Sceneweb 

Autour du spectacle

Tablée d'artistes
Samedi 20 janvier
Après le spectacle, retrouvez l’équipe artistique à la Cantine du théâtre pour partager un repas. — réservation —

Lundi du récit
Lundi 22 janvier
Atelier d’écriture avec Gaëlle Bourges de 18h30 à 21h30

Séance Relax
Jeudi 25 janvier
Grâce à un dispositif d’accueil inclusif, la venue au théâtre de personnes en situation de handicap complexe est facilitée.

Représentation audiodécrite
Samedi 27 janvier
Représentation audiodécrite accessible aux publics malvoyants et non voyants.

Biographie
Gaëlle Bourges

Le travail de Gaëlle Bourges témoigne d’une inclination prononcée pour les références à l’histoire de l’art, et d’un rapport critique à l’histoire des représentations : elle signe, entre autres, le triptyque Vider Vénus (un rapprochement entre les nus féminins de la peinture occidentale et ceux des théâtres érotiques) ; À mon seul désir, sur la figure de la virginité dans la tapisserie de « La Dame à la licorne » (Festival d’Avignon 2015) ; Lascaux, puis Revoir Lascaux (sa version tous publics) sur la découverte de la grotte éponyme ; Conjurer la peur, d’après la fresque du « bon et du mauvais gouvernement », peinte par Ambrogio Lorenzetti dans le palais public de Sienne ; Le bain, pièce tous publics à partir des tableaux « Diane au bain » et « Suzanne et les vieillards » ; Incidence 1327, sur la rencontre de Pétrarque avec Laure, performance co-signée avec la plasticienne Gwendoline Robin (« Sujet à Vif », Festival d’Avignon 2018) ; Confluence n°... sur les lunes galiléennes, toujours avec Gwendoline Robin ; Ce que tu vois, d’après la tenture de l’Apocalypse d’Angers ; OVTR (ON VA TOUT RENDRE) (Festival d'Automne, Paris, 2021), sur le pillage de l’Acropole par un ambassadeur britannique à Athènes, au début du 19e siècle ; (La bande à) LAURA, pièce tous publics sur la disparition des femmes artistes et modèles dans l'histoire de l'art (Festival d'Automne, Paris, 2021) ; LOULOU (la petite pelisse), d’après un nu à la fourrure du peintre flamand Rubens, dans le cadre de la Fabrique des écritures, initiée par Les Fêtes Galantes / Béatrice Massin.


Distribution et production

conception et récit Gaëlle Bourges
avec Gaëlle Bourges, Agnès Butet, Camille Gerbeau, Stéphane Monteiro, Alice Roland, Pauline Tremblay, Marco Villari
Avec des extraits de Tristesse de la terre, Éric Vuillard (Actes Sud, 2014) ; Austerlitz, W.G. Sebald (Actes Sud, 2002) ; Triste Tigre, Neige Sinno (P.O.L., 2023)
accessoires Gaëlle Bourges, Anne Dessertine
costumes Anne Dessertine
chant tou·tes les performeur·ses + KrYstian
images projetées archives (personnelles et autres)
lumières Maureen Sizun Vom Dorp
musique KrYstian & Stéphane Monteiro a.k.a XtroniK
régie générale Stéphane Monteiro
régie son Michel Assier-Andrieu
administration de production, diffusion Marie Gaudry
administration & coordination générale Marie Collombelle

production association Os
coproduction Scène Nationale du Sud Aquitain ; Théâtre Public de Montreuil - CDN ; Maison de la Culture d’Amiens ; accueil studio La Briqueterie-CDCN ; accueil studio La Place de la Danse-CDCN Toulouse / Occitanie ; Théâtre la Vignette scène conventionnée / Université Paul-Valéry Montpellier 3  ; le Centre Chorégraphique National de Tours, direction Thomas Lebrun (Tours) ; Théâtre Antoine Vitez, Ivry
avec le soutien l’Onde Théâtre-Centre d’Art ; du Théâtre Garonne – Scène européenne (Toulouse) ; de La Ménagerie de Verre (Paris) ; du CND - Centre National de la Danse pour un accueil en résidence de création (Pantin) ; du département du Val-de-Marne ; de la Région Île-de-France

Remerciements à Alan Barré pour la neige ; à Marc Blanchet pour la maison d’Emily Dickinson ; à Gilles Dubois Chabert pour le café ; à Guillaume Pons pour le parallaxe et tout ce qui roule.