d’ivoire et chair

02.11.2022 > 05.11.2022
Salle Jean-Pierre Vernant

Marlene Monteiro Freitas

Dans le cadre du Festival d'Automne à Paris

danse

d’ivoire et chair -

les statues souffrent aussi


Infos pratiques

durée 1h20

dès 15 ans

 La salle Jean-Pierre Vernant est accessible aux personnes à mobilité réduite

 La salle Jean-Pierre Vernant est équipée d’une boucle d’induction magnétique (BIM)


Horaires

du 2 au 5 novembre 

mer, jeu, ven à 20h, le sam à 18h


Tarifs

de 8 à 23 €

Dans la presse

"Marlene Monteiro Feritas brasse une fois de plus les origines et le désir, cite le film de Chris Marker et Alain Resnais, Les Statues Meurent Aussi et, au final, nous offre une bacchanale envoûtante."

Les Inrocks

Chorégraphe et interprète de l’étrange et de l’extravagance, Marlene Monteiro Freitas invente un bal grotesque pour quatre danseurs et trois musiciens, peuplé de pantins mécaniques et de statues de pierre qui s’animent au son des cymbales. Un spectacle libérateur qui sublime nos fragilités.

Figure flamboyante de l’avant-garde chorégraphique européenne, la Cap-Verdienne Marlene Monteiro Freitas enfonce les portes de l’imaginaire et dérègle le baromètre des canons de beauté avec son esthétique baroque, son imagerie surréaliste et ses créatures hybrides.

Dans de marfim e carne (d’ivoire et de chair), les interprètes aux torses corsetés sont saisis de gestes mécaniques, frénétiques, décalés. Leurs yeux roulent derrière des masques aux bouches béantes. Dans ce cirque intrigant, chacun·e, mi-ivoire mi-chair, brûle du désir d’être libre. Accompagnée d’artistes prodigieux·ses, Marlene Monteiro Freitas compose un opéra pour automates qui résonne comme un grand cri d’amour passionné.


Biographies

Marlene Monteiro Freitas est née au Cap Vert et a fait des études de danse à P.A.R.T.S. (Bruxelles), à l’E.S.D. et à la Fundação Calouste Gulbenkian (Lisbonne). Elle a cofondé la troupe de danse Compass dans son pays natal. Elle travaille régulièrement avec de nombreux chorégraphes dont Emmanuelle Huynh, Loic Touzé, Tânia Carvalho, Boris Charmatz. Elle a créé Primeira Impressão en 2005, A Improbabilidade da Certeza et Larvar en 2006, Uns e Outros en 2008, A Seriedade do Animal en 2009, le solo Guintche en 2010, (M)imosa en 2011 (une collaboration avec Trajal Harell, François Chaignaud et Cecilia Bengolea), Paraìso, colecçao privada en 2012 puis De Marfim e carne – as estátuas também sofrem en 2014. Elle crée en 2017, Les Bacchantes, d’après l’œuvre éponyme d’Euripide, une pièce chorégraphique sous-titrée Prélude pour une purge, pour treize performeurs. L’année suivante, elle crée une pièce pour la Batsheva Dance intitulée Canine Jaunâtre 3. Elle est également en tournée en 2020 avec D’Ivoire et de Chair - Les Statues souffrent aussi. Elle a reçu le lion d’argent à la Biennale de Venise et a cofondé P.OR.K, structure de production basée à Lisbonne.

Distribution et production

chorégraphie Marlene Monteiro Freitas
Interprètes Andreas Merk, Betty Tchomanga, Henri "Cookie" Lesguillier (percussion), Lander Patrick, Miguel Filipe (percussions), Tomás Moital (percussions)
Son Tiago Cerqueira
lumière et espace Yannick Fouassier
musique live Cookie (percussions)
recherche Marlene Monteiro Freitas, João Francisco Figueira
photos Pierre Planchenault

production P.OR.K – Soraia Gonçalves; Joana Costa Santos (Lisbon, PT)
distribution Key Performance (Stockholm, SE)
coproduction O Espaço do Tempo (Montemor-o-Novo, PT); Alkantara Festival (Lisbon, PT); Maria Matos Teatro Municipal (Lisbon, PT); Bomba Suicida (Lisbon, with the support of DGArtes, PT); CCN Rillieux-la-pape, direction Yuval Pick (Rilleux-la-pape, FR); Musée de la danse (Rennes, FR); Centre Pompidou (Paris, FR); Festival Montpellier Danse 2014 (Montpellier, FR); ARCADI (Paris, FR); Le CDC - Centre de Développement Chorégraphique de Toulouse/Midi-Pyrénées (Toulouse, FR); Théâtre National de Bordeaux en Aquitaine (Bordeaux, FR); Kunstenfestivaldesarts (Brussels, BE); WP Zimmer (Antwerp, NL); NXTSTP (EU)
soutien ACCCA - Companhia Clara Andermatt (Lisbon, PT)
remerciements Staresgrime (Amadora, PT); Dr. Ephraim Nold